Les origines

Sorbs en Larzac : les origines ...

Sorbs 34520

Sorbs, petit village du Larzac Méridional aux confins des départements de l'Hérault, de l'Aveyron et du Gard.
Dominant les vallées des Virenques et de la Vis, Sorbs se trouve au coeur du périmétre Causses et Cévennes classé au Patrimoine  Mondial de l'Unesco

Quatre hameaux constituent notre commune : L'Eglise, Le Mas de Ville Vieille, Latude, Camp d'Alton

Notre histoire débute il y a plus de 5000 ans....

Il y a environ 5 000 ans, les premiers " paysans" s'installent sur les causses et les garrigues. Les abris naturels des rochers parfois aménagés, les nombreuses grottes à mobilier, leurs sépultures sous dolmens jalonnent encore le paysage. Bergers, ils tirent l'essentiel de leurs ressources de leurs troupeaux de moutons et de chèvres. Ils commencent à défricher l'immense forêt couvrant alors cette région, bâtissent des enclos en pierre sèche, des maisons et érigent des menhirs dont la signification demeure énigmatique. Les "drailles", chemins empruntés par les troupeaux transhumant des garrigues vers les causses, datent probablement de ces temps reculés.
Capter et stocker l'eau de pluie, protéger ses bêtes des intempéries, débroussailler (le buis sert de litière aux animaux), délimiter les pâturages et mettre en culture les meilleures terres ont conduit les paysans d'alors à transformer causses et garrigues, de façon lente et progressive.

L'époque romaine
On évoque une bataille légendaire, livrée par les autochtones contre l'envahisseur romain, évènement dont aucun vestige n'a été retrouvé, pour expliquer le toponyme Alajou. Les Romains vainqueurs auraient érigé un autel à Jupiter, Ara Jovis, dont avec le temps l'appellation serait devenue Alajou. Ce toponyme désigne une partie du plateau, autour du Caylar, et en particulier la commune de Saint-Michel-d'Alajou. Si cette explication a été communément admise par les érudits de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, tel que G. Combarnous, la toponymie moderne (Hamlin) n'a pas retenu cette origine qui, aujourd'hui, est encore à définir. Néanmoins si de grands évènements ne marquèrent pas la romanisation de cette partie du plateau de nombreuses trouvailles, liées autant au hasard qu'à la prospection systématique, accréditent l'occupation antique de cette zone (céramique, vestiges de constructions, probables villae).

Aujourd'hui les anciennes églises ont été abandonnées, de nouveaux édifices plus spacieux se sont élevés au centre des habitations.
On trouve trace de l'église de SORBS en 804, il semble que cela soit l'une des premières de la région (c'est aussi à cette date que l'on situe la fondation de l'abbaye de Gellone-St Guilhem le désert), puisque celle des RIVES n'est mentionnée qu'en 975, le plus grand nombre des églises du canton étant mentionné vers l'an 1000. Il reste comme unique vestige de cette église une voute romane dans le mur du gite communal coté cimetière.

SORBS est mentionné comme villa aux IX°,X° et XI° siècles.
Après s'être appelée tour à tour : Villa Sorbes (804), Villa Sorcianicum (996), à nouveau Villa Sorbes (1032), Sorts (1625), SORBS ne trouvera son nom définitif que vers le XVII°siècle (1688).


Les Templiers
En 1247 le hameau de Ville Vieille est mentionnée dans les archives de Ste EULALIE et des templiers sont installés au Mas de Vilaveilla.

Site internet du village

Sorbs en Larzac : https://www.sorbs.org/

×